Avis de l’association des lactariums de France (ADLF) concernant le coronavirus SARS CoV-2*

0

Le développement du virus SARS CoV-2, responsable de la maladie Covid-19 évolue actuellement de façon rapide et la question se pose concernant les donneuses de lait maternel et le traitement du lait maternel dans les lactariums.

  • Concernant l’infection à coronavirus SARS CoV-2:

C’est une infection à transmission respiratoire par contact étroit (moins d’un mètre au moment d’une toux). Comme pour d’autres virus respiratoires, la transmission interhumaine est possible pendant les quelques heures qui précèdent l'apparition des symptômes. Les délais d’incubation sont estimés à ce jour entre 2 et 12 jours. Cela justifie toutes les précautions qui sont préconisées par les autorités de santé afin de limiter la transmission du virus (https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus).

  • Concernant le don de lait maternel:
  • Il est absolument indispensable pour les enfants prématurés, car il permet de réduire significativement le risque de survenue de certaines complications graves liées à la prématurité, à court et à long terme. Les bénéfices santé pour ces enfants sont majeurs.
  • Il est organisé et pris en charge par les lactariums de France (https://association-des-lactariums-de-france.fr/carte-des-lactariums/) qui respectent tous des règles communes concernant la sélection des donneuses basée sur un questionnaire de santé et sur certaines sérologies (hépatites, VIH, HTLV), ainsi que la manipulation et le traitement du lait par pasteurisation (62.5°C pendant 30 min), conformément au Guide des bonnes pratiques publié au journal officiel de la république Française (Guide des bonnes pratiques 2008).
  • Concernant le lait maternel et le SARS CoV-2:
    • Nous ne savons pas encore si le SARS CoV-2peut se trouver dans le lait maternel et s'il serait contagieux s'il l'était.
    • Nous savons que d'autres coronavirus sont détruits par la pasteurisation (Duan et al. 2003). Il est donc très probable que, même si le SARS CoV-2 était présent dans le lait maternel, il soit également détruit par la pasteurisation.
    • Tenant compte des informations à leur disposition les lactariums de France ont ajouté au questionnaire santé habituel une question spécifique concernant la présence d’une exposition à risque dans les 14 jours précédant le don de lait, à savoir :
  • Séjour ou transit dans la zone à risque (Se référer à la définition de cas sur le site de Santé Publique France (https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-et-infections-respiratoires/infection-a-coronavirus/articles/covid-19-situation-epidemiologique-internationale). Au 12/02/20, la zone à risque est définie par la Chine.
  • Contact étroit avec un cas confirmé d’infection à SARS CoV-2 pendant sa phase symptomatique
  • Personne co-exposée symptomatique, définie comme ayant été soumise aux mêmes risques d’exposition (séjour/voyage dans la zone à risque) qu’un cas confirmé
  • Personne ayant travaillé ou séjourné dans un service hospitalier dans lequel un cas d’infection à SARS CoV-2 a été confirmé.

Ceci permet de suspendre transitoirement, si nécessaire, le recrutement de ces mères pendant 2 semaines, afin de s’assurer qu'elles ne tombent pas malades durant ce laps de temps.

  • Concernant l’hygiène dans les lactariums
  • L’importance du respect de règles d’hygiène strictes lors du recueil, du stockage et de la manipulation du lait est fondamentale. Les donneuses sont bien informées à ce sujet et les professionnels des lactariums sont formés à bien respecter ces règles.
  • Avant d'entrer dans le lactarium, les professionnels qui y travaillent doivent prévenir le médecin responsable médical et la cadre du lactarium s’ils ont séjourné ou transité par une zone à risque ou été en contact avec une personne infectée par le SARS CoV2.

 

*Le SARS CoV2 était préalablement dénommé « 2019-nCoV »

 

 

Pr Jean-Charles Picaud, Virginie Rigourd, Cécile Boscher, Rachel Buffin, Fouzia Voirin, Solène LEFUR

Bureau de l’Association des lactariums de France (ADLF)

14 Février 2020

 

Rédigé en collaboration avec

  • Bruno Lina, Centre national de référence virus des infections respiratoires, Institut des agents infectieux, Hôpital de la Croix Rousse, Lyon

o  Pierre Frange, Service de Bactériologie, virologie, parasitologie et hygiène, Hôpital Necker-Enfants Malades, Paris

 

 

Ces informations sont susceptibles d’évoluer et ce document sera mis à jour en conséquence.

 

 

 

 

Références

§  Coronavirus COVID-19 Global Cases by Johns Hopkins CSSE

https://gisanddata.maps.arcgis.com/apps/opsdashboard/index.html#/bda7594740fd40299423467b48e9ecf6. Accessed 13 February 2020.


Coronavirus SARS CoV-2 (previously called "2019-nCoV") - Position of the French human milk bank association

 

The development of the SARS CoV-2 virus, responsible for Covid-19 disease, is currently evolving rapidly and the question arises concerning breast milk donors and the treatment of breast milk in human milk banks.

  • Regarding SARS CoV-2 coronavirus infection:

It is an infection with respiratory transmission by close contact (less than one meter at the time of a cough). As with other respiratory viruses, human-to-human transmission is possible for a few hours before symptoms appear. Incubation times are estimated to date between 2 and 12 days. This justifies all the precautions which are recommended by the health authorities in order to limit the transmission of the virus (https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus).

  • Regarding breast milk donation:
  • It is absolutely essential for premature infants, as it significantly reduces the risk of serious complications related to prematurity, in the short and long term. There are major health benefits for these high-risk infants.
  • It is organized and supported by the French human milk banks (https://association-des-lactariums-de-france.fr/carte-des-lactariums/) which all respect common rules concerning the selection of donors based on a health questionnaire and on blood sampling (hepatitis, HIV, HTLV), as well as the handling and treatment of milk by pasteurization (62.5 ° C for 30 min), in accordance with the official Guide to good practice published in the official journal of the French Republic (Guide to good practice 2008).
  • Regarding breast milk and SARS CoV-2:
    • It is not yet known whether SARS CoV-2 can be found in breast milk and whether it would be contagious if it were.
    • Other coronaviruses are destroyed by pasteurization and it is very likely that, even if SARS CoV-2 was present in breast milk, it is also destroyed by pasteurization (Duan et al. 2003).
    • Taking into account the available information, French human milk banks have added to the health questionnaire a specific question concerning the presence of a risk exposure in the 14 days preceding the milk donation, namely:
    • Stay or transit in the risk zone (Refer to the “Case” definition on the Public Health France website (https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-et-infections-respiratoires/infection-a-coronavirus/articles/covid-19-situation-epidemiologique-internationale). As of 12/02/20, the risk zone is defined by China.
    • Close contact with a confirmed case of SARS CoV-2 infection during its symptomatic phase
    • Symptomatic co-exposed person, defined as having been subjected to the same risks of exposure (stay / travel in the risk zone) as a confirmed case
    • Person who has worked or stayed in a hospital unit in which a case of SARS CoV-2 infection has been confirmed.

This makes it possible to temporarily suspend, if necessary, the recruitment of these mothers for 2 weeks, in order to ensure that they do not fall ill during this period of time.

  • Regarding hygiene in human milk banks
  • The importance of respecting strict hygiene rules when collecting, storing and handling milk is fundamental. Donors are well informed about these rules and professionals working in human milk banks are trained to respect these rules.
  • Before entering the human milk bank, the professionals working there must notify the human milk banks manager if they have stayed in or transited through a risk zone or been in contact with a person infected with SARS CoV2.

 

Jean-Charles Picaud, Virginie Rigourd, Cécile Boscher, Rachel Buffin, Fouzia Voirin, Solène LEFUR

Board of the French human milk banks association (Association des lactariums de France, ADLF)

February 14, 2020

 

Written in collaboration with:

o Bruno Lina, National Reference Center for Viral Respiratory Infections, Institute of Infectious Agents, Croix Rousse university hospital, Lyon

o Pierre Frange, Department of Bacteriology, virology, parasitology and hygiene, Necker-Enfants Malades university hospital, Paris

 

 

Available information is subject to change and this document will be updated accordingly

 

 

 

References

§  Coronavirus COVID-19 Global Cases by Johns Hopkins CSSE

https://gisanddata.maps.arcgis.com/apps/opsdashboard/index.html#/bda7594740fd40299423467b48e9ecf6.

 

Partager.

Les commentaires sont fermés.